COOKIE DINGLER - EMANZIPIERT SU SEIN

Publié le par Ringard Willycat

Cookie Dingler, groupe de Christian Dingler, s'est fait connaître pour un seul titre comme vous devez le savoir. Comme souvent avec le TOP50 de l'époque, un titre d'une banalité affligeante est devenu un incontournable.

Le groupe alsacien a tenté de percer un peu plus loin que le périmètre héxagonal. Quoi de plus normal alors que de la tenter en allemand pour dépasser la frontière proche.

Le titre reste bien lourdaud et on a l'impression d'ingurgiter des grumeaux. L'essai étant bien peu convaincant, Cookie n'a jamais tenté cette version teutonne sur scène.

 

Publié dans PARODIK

Commenter cet article

ilker 22/11/2014 17:37

ça se laisse écouter même si c'est pas génial, ils m'ont jamais déplu eux.

covix 22/11/2014 17:35

C'est vrai que c'est intraduisible dans la langue de Goethe! Gardons la..lol
@mitié

missfujii 21/11/2014 19:04

La version Française ne me déplaît pas, mais en allemand j'avoue que c'est du Très lourd

Black Screen 20/11/2014 22:43

"Comme souvent avec le TOP50 de l'époque, un titre d'une banalité affligeante est devenu un incontournable."

Un titre d'une banalité affligeante ? Tu te fourvoies complètement là !
Pour une fois, les paroles sont excellentes. Et le côté reggae pas si courant que ça à l'époque.

Elton Jaune 22/11/2014 17:00

Je préfère le reggae de Lavilliers, là c'est une bulle de guimauve, je pense pas qu'il y ait un réel message mais ça a marché dans le contexte de l'époque. C'est plus élaboré que Début de Soirée là je suis bien d'accord.

Black Screen 22/11/2014 16:50

Le sujet était la chanson, pas la carrière du groupe.

Elton Jaune 21/11/2014 11:59

ils ont pas faire une énorme carrière non plus !

Bernieshoot 20/11/2014 17:32

ah en allemand ça déchire

ilker 19/11/2014 22:03

aussi nul que l'original

jill bill 19/11/2014 21:39

Ah oui je m'en souviens bien... Ca reste en mémoire ! Femme libérée.... je découvre en allemand, sourire.... Il est des chansons qu'il vaut mieux de pas aborder dans certaines langues.... merci, jill