NICOLAS PEYRAC POUR VOS TEMPS PERISCOLAIRES

Publié le par Ringard Willycat

Nicolas Peyrac sur qui on a fondé de gros espoirs dans les seventies, a été très vite délaissé par les médias. Nous l'avions évoqué sous l'angle de Bastia, reprise énorme à la sauce RMC de Je Pars.

Dans son plan de communication 2015/2016, Nicolas vend ses concerts mais proposition étonnante : il peut aller à la rencontre des enfants des écoles dans les médiathèques.

Proposition fort intéressante d'embaucher Nicolas pour vos temps périscolaires. Il pourra vous parler de Frisco, de son père, de Beethoven et de Chopin et de son coup de folie sur Bastia.

Je vous livre le petit flyer qui pourra servir aux municipalités intéressées. Je n'ai malheureusement pas le tarif, à se renseigner si besoin. Si cette proposition a du succès, nous pourrons envisager d'imposer Nicolas dans les écoles dans un programme éducatif plus large. Attention, Nicolas ne fait pas le clown, c'est pas le genre de la maison.

 

NICOLAS PEYRAC POUR VOS TEMPS PERISCOLAIRES

Publié dans ELYSEE 2017

Commenter cet article

HUG 29/07/2017 04:55

je voulais dire peut-être trop timide et discret pour les médias.

HUG 29/07/2017 04:55

La plupart de ses chansons des années 70 s'écoutent toujours avec plaisir. Un bon auteur-compositeur-interprète mais peut-être trop Je vous conseille son autobiographie "So far away... Un certain 21 mars". Très agréable à feuilleter de temps en temps.

LaBuche 30/05/2015 18:42

La réforme du temps scolaire est la providence de tous les troisièmes couteaux: coach sportif sans clients, comédien sans cachet, éducateur ayant raté le diplôme d'éducateur, et donc aussi chanteur sans engagement ... tout cela avec l'argent du contribuable, bien entendu, obligé de raquer pour que ses enfants passent moins de temps en cours et plus devant des produits de substitution à la télévision.

Michel Nul 28/05/2015 09:43

Un collège a demandé à Nicolas Peyrac de venir
C’était un peu loin de chez lui, il a du faire au moins 400 bornes.
A peine arrivé, il a dit : Je pars.