Un Ringo en live chez Jacques Martin de 1977. Il y avait déjà les bases de l'air guitar du futur corbeau noir. 

Un récit des difficultés pour comprendre les femmes, se battre pour rien. Et lui jouer les violons de Verlaine et lui offrir des rubis à ses pieds de reine. Une allusion très fine et historique au message codé de la seconde guerre mondiale.

Je trouve que la guitare est un peu trop présente masquant parfois les paroles pourtant si intéressantes en live avec orchestre.

 

 

Retour à l'accueil