REPONSE A HENRY DE LESQUEN SUR LE BANNISSEMENT DE LA MUSIQUE NEGRE

Cher Henry,

Tu es comme moi lancé sur la voie des idées pour 2017. Tu es en train de devenir la star des réseaux sociaux et j'en suis presque jaloux. Tu es passé de directeur de Radio Courtoisie à candidat qui fait parler de lui y compris dans le journal d'extrême-gauche "Le Nouvel Obs".

J'adore les gens qui sont no limit mais là, mon ami, tu exploses tout ce que l'entendement pouvait imaginer. J'ai lu ton programme car contrairement à d'autres, je m'informe. Et puis, un gars qui traîte Marine Le Pen de gauchiste, ça frôle la jouissance intellectuelle.

Bon, ya un thème qui me botte c'est le point 7 de ton programme culturel : "la musique nègre sera bannie des médias publics". Au départ, je me suis demandé ce que l'on peut comprendre là-dedans, comment identifier une musique de blancs, de noirs ou de jaunes ? Fort heureuesement, tu nous éclaires : jazz, blues, rock and roll et rap. Ouf il n'y a pas le gospel. Le rock c'est de la musique nègre ? Mazette, va y avoir du conflit racial en vue.

Au départ, j'ai cru à une immense vanne underground mais non en fait, tu parles sérieusement.

Si mon blog devient un média public, va falloir que je le purge d'Ottawan, Boney M, Franck Vincent, La Compagnie Créole, Earth Wind and Fire et même Sylvester qui cumule la double tare de faire de la musique nègre en étant un gros pédé.

Non Henry, il faut revenir aux fondametaux. Si il y a pas mal de grosses merdes dans le rap par exemple, pourquoi bannir des gens qui ne font que nous amuser dans leurs domaines ? Pourquoi politiser le disco ou le funk ? Francky Vincent est-il nuisible à la société ? Je ne crois pas et pour te le prouver, je te quitte avec son célèbre "Constipation".

Salutations musicales.

Ringard Willycat.

Retour à l'accueil