Je sais que j'ai l'habitude de saker nombre de galettes et je m'en suis rarement pris à l'horreur japonisante. Si vous vous rappelez, nous avions évoqué le cas d'Aneka avec Japanese Boy, titre sympatoche et nippon ni mauvais.
Voici la version française avec une Marion ( elle n'a jamais voulu donner son nom ) qui a le coeur gros comme un Boeing et trois tonnes de riz ( bonjour le cliché ). Elle veut aussi faire l'amour dans une maison de papier et être la déesse des bambous.





Retour à l'accueil