Du vrai terrifiant ou quand l'horreur musicale est au premier degré. Extrait de l"album "Looking for love", ce "Cow Blues" relate le blues de la vache d'un punk. Il y a le bon son de guitare qui vient de là mais après ça part un peu en cacahuète comme si des gothiques avaient débarqué à la ferme. Le chanteur a des mains qui rappelent étrangement Johnny Depp dans Edward aux mains d'argent. Atila restera bien l'un des plus grands maîtres de l'angoisse.

 


 


Retour à l'accueil