Après l'animal qui inventa le calcul intégral, revoilà Evariste. La mêche toujours alambiquée, les mouvements saccadés ( intéressante vidéo car nous voyons enfin Evariste qui danse ), paroles nécessitant plusieurs masters pour comprendre ( cf le pull de l'université de Princeton ).

Evariste peut être appréhendé sous deux angles : un fou furieux illuminé ou un précurseur iconoclaste des années 1960. Merci à Gauthier pour cette proposition.




Retour à l'accueil