Emission mythique et vénérable, les Chiffres et les Lettres ont bien changé depuis leurs débuts. Je me rappelle du temps de Patrice Lafont et de ses vestes seventies, de Max Favalelli et de sa culture de patriarche, de Bertrand Renard le matheux à moustache ( toujours là accroché à ses comptes gagnants ).

Aujourd'hui, l'émission fait la joie des zappings avec ses petites scénettes d'une drôlerie derrickienne, les regards sérieux pendant que les candidats réfléchissent ou la magnifique lenteur de l'action.

La production a fait évoluer les règles mais aussi le générique. Et quel générique ! Pour ceux qui ont connu l'original, quel désastre. Un festival de guitare sous morphine, une sorte de Van Halen en chaise roulante. Le compte est bon, n'en jettez plus.

 

Retour à l'accueil