Au départ, il y avait Benito Di Paula pour cette histoire de Charlie Brown. Puis les merveilleux belges de Two Man Sound firent une reprise qui truste le Ringoz Awardz de la chorégraphie.

Dans les reprises à répétition, il faut faire attention au morceau de trop. Là-dessus arrive Guy Mardel ( celui qui chantait le poignant N'avoue jamais ) et là, c'est la cata. L'excellente impression de Two Man Sound est mise à mal par la version à la française. Un massacre total pour ce pauvre Charlie.

 

Retour à l'accueil