PA230029.JPGVendredi 22 Octobre - Halle Tony Garnier ( Lyon ). Pour la deuxième fois de ma vie, je vais voir le spectacle "Age tendre et tête de bois". Malgré mes airs moqueurs, je suis un grand nostalgique de certaines époques que j'ai connues ou que je n'ai pas connues. Je suis accompagné de Mamie Vinyle, de sa maman et grand-maman.

Pour ceux qui ne connaissent pas Lyon, ma ville est d'habitude appelée la tranquille bourgeoise mais là nous nous rendons à la Halle dans un climat bizarre de guérilla urbaine avec CRS, hélicoptère et Place Bellecour assiégée. Fort heureusement, notre trajet se déroule sans encombre.

Comme prévu, la foule se masse à l'entrée ( 13 000 personnes sont annoncées mais cela me semble exagéré ) et il faut bien arriver une heure avant ( début du spectacle à 20H15 ). Nous sommes entourés d'une nuée de cheveux blancs mais bon ça je m'en doutais donc point de blagues mal placées sur les seniors hooligans ou les déambulateurs.

En salle, l'animation est assurée par Yann Hegann, un ancien présentateur du TOP 50 sur Europe 1 que tout le monde avait oublié mais sa voix me rappela qu'il avait bien existé. Le truc des organisateurs c'est de faire signer une pétition pour que le spectacle soit primé aux Victoires de la Musique 2011. Perso, je ne signe pas cette pétition car Les Victoires j'en ai rien à foutre.

Après les classiques blablas sur le merchandising et la croisière où tu peux voir tes vedettes sur un bateau si t'as du pognon de côté, le spectacle commence. Voici mes impressions :

Vous avez d'abord les monstres intouchables qui ont tout connu : Isabelle Aubret, Charles Dumont, Georgette Lemaire, impossible de se moquer tant leurs interprétations c'est "la classe".

Après, tu as les chanteurs respectés dont on a plaisir à écouter comme Palaprat le hippie ou Alain Turban et son Santa Monica.

Pour le fun, tu peux trémousser ton body avec la Compagnie Créole, les Forbans mais attention au tour de hanche.

Nous avons vu aussi David Alexandre Winter dont je me suis moqué ici mais qui a livré une bonne présentation avec un tube de Tom Jones puis son kitchissime Oh Lady Mary sur lequel nous avons fait la vague ( assis bien sur faut pas déconner ).

Vous avez aussi bien entendu la petite fille de français moyen Annie Chancel alias Sheila. Malgré les traits tirés et une voix qui m'a paru gamine, elle a fait le show entre tubes des sixties et disco, devant un parterre conquis et un public qui la suit depuis des années.

Gérard Rinaldi et Jean Sarrus étaient le hall of fame pour ma part et j'ai applaudi à tout rompre chacune de leurs vannes ou des titres ultimes comme l'Aperobic ou Derrière chez moi.

Enfin, mes deux bêtes noires étaient là : Herbert Léonard et Hervé Vilard. J'épargnerais Herbert car il fut le seul à rendre hommage à Patrick Topaloff. Il a ensuite bien chauffé la salle avec ses chansons à base de triangles d'or et d'érotisme de bazar.

Par contre, le Vilard je peux pas c'est physique, il m'insupporte avec ses manières et cette impression d'être un perpétuel incompris.

Bref, une belle soirée qui a aussi permis de voir Denise Fabre sobre mais sans son regretté Garcimore. Je réfléchis à l'opportunité de faire moi aussi une pétition pour demander que Ringo participe à la tournée.

 

sheila.jpg

 


Retour à l'accueil