Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Raretés et étrangetés, du bon au mauvais goût since 2009

GERARD LENORMAN - VIVE LES VACANCES

Vive les vacances, les souris dansent, et ça balance, et ça balance, et ça romance. Adieu prudence, ya pas d'offense. La sieste améliorée. Je bois du sel à ta source enchantée et ton souffle est plus court quel mystère. On se fait la joie youpi allez on se jette.

Sérieux Gérard, dans les moments difficiles, faut jamais fumer du gentil dauphin triste.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Cette chanson date de 1983 à un moment bien précis, au printemps, et c'était un peu pour Gérard Lenorman une façon de faire oublier les problèmes qu'il avait rencontrés avec son single précédent, le mal nommé "On a volé la rose" sorti en fin d'année 1982 qui fut censuré sur certaines radios (notamment sur les radios libres libéralisées récemment par François Mitterrand) à cause de son message trop politisé alors que François Mitterrand était au pouvoir depuis un an avec Pierre Mauroy comme premier ministre. <br /> <br /> Ce titre avait valu de sérieux problèmes de boycott à Gérard Lenorman, donc pour rassurer tout le monde, il sort ce titre "Vive les vacances" tellement mauvais qu'il sera le chant du cygne de Gérard Lenorman au hit-parade, et ce malgré ensuite la version française de "Take my breath away" de Berlin ("Le bleu des regrets") en 1986, une participation pour la France à l'Eurovision avec le titre "Chanteur de charme" en 1988, et la même année une chanson au titre courageux : "Je suis un con" !
Répondre
M
Je te le fais pas dire : Vive les Vacances !!
Répondre
R
yes !!!
M
Je m'en rappelle
Répondre
H
Y'a pas à dire, la chanson homonyme de mon idole d'enfance Dorothée est quand même vachement mieux. Au moins, c'est plus humoristique et plus crédible par elle que par Gérard Lenorman ce genre de chansons sur l'enfance dans un registre un peu enfantin.
Répondre
R
une erreur sans conteste