Au hasard d'une énième émission de Guy Lux, Claude François est là en vedette avec son plus beau costume en paillettes. Mais, au lieu de parler de lui, il propose d'écouter un morceau qui parle de téléphone mais qui ne pleure pas.

On découvre vite qu'il s'agit d'un disque La Flèche donc produit par Cloclo lui-même. La composition est signée Bernard Estardy.

Le téléphone de 1975 c'est la lourdeur de l'échange vocal entre un homme et une femme avec de la danse en tutu dedans. Et puis la femme annonce le coup fatal de la séparation. Le gars il pige plus rien : elle avait tout, ils faisaient bien l'amour mais il y en a un autre. Se faire plaquer sur The Baronet c'est encore pire que par SMS.

Le groupe a aussi commis le terrible Pelican Dance que l'on pourra décortiquer une autre fois. Bip bip bip bip bip.

 

Retour à l'accueil